KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Mardi 23 septembre 2014   AUTOMNE  
Infopagecongo
 

puce LE MENSONGE ISLAMO-MAGHREB AU CONGO-BRAZZAVILLE CONDUIT PAR L'IMAM HASSEN CHALHHOUMI. (le 21/09/2014 à 00h45)

 
   
   
 

 

 
 

 


LE MENSONGE ISLAMO-MAGHREB AU CONGO-BRAZZAVILLE CONDUIT PAR L'IMAM HASSEN CHALHHOUMI.


Après avoir été reçu en audience par le président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, l’Imam Hassen Chalghoumi, président de la Conférence des imams de France, a conféré ce 15 septembre 2014, avec l’archevêque de Brazzaville, Anatole Milandou. Par Wilfrid LAWILLA.

 


Une vue de la ville de Brazzaville depuiis la ville de Kinshasa.

 

Au cœur de leurs entretiens, la situation d’insécurité qui prévaut en Afrique, au proche et moyen orient. L’hôte de marque de l’Archevêque de Brazzaville est venu au Congo porter un message au président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, celui d’organiser à Brazzaville, sous le patronage du Chef de l’État congolais, un forum mondial sur la paix dans le monde entier, en rapport tout ce qui se passe dans le monde entier. Une rencontre qui devrait réunir les Chefs d’État, non seulement d’Afrique, mais aussi du monde.

Ainsi, après s’être entretenu avec président Sassou N’Guesso, Hassen Chalghoumi a jugé nécessaire et responsable de rencontrer les responsables des confessions religieuses du Congo.au cours de cette entrevue avec l’homme d’église catholique, le président de la Conférence des Imams de France a expliqué sa vision d’un islam positif, loin de ce que l’on vit à travers le monde avec les extractions et tueries : « On ne peut pas tolérer que des hommes, animés par des idées intégristes et de barbarie, arrachent des vies humaines, au nom de l’islam », a-t-il déclaré à la sortie de l’audience, avant de poursuivre que : « Le monde a besoin d’un dialogue et d’une entente fraternelle entre les musulmans et les chrétiens ».

Selon Hassen Chalghoumi, l’Afrique peut et doit avoir une image mieux que ça. Et Brazzaville, a-t-il poursuivi, peut abriter un congrès mondial sur la paix où tous les Chefs d’État qui souhaitent y participer peuvent venir. En organisant ce forum, soutient-il, ce sera une façon de montrer aux yeux du monde entier, une autre image, l’image positive de l’Afrique, que celle nourrit des conflits inter-religieux, du radicalisme. Notons que Hassen Chalghoumi est passé d’abord par la RCA, pays qui vit un conflit inter-religieux.


NOTE :

L’Imam Hassen Chalghoumi, est président de la Conférence des imams de France, président de l'association culturelle des musulmans de Drancy en Seine-Saint-Denis, personnalité partisan d'un dialogue inter-religieux, notamment entre islam et judaïsme.

Rappelons que le Qatar construit avec ses fonds propres, la plus grande mosquée d'Afrique centrale à Brazzaville, capitale du Congo, un pays très largement majoritaire chrétien. Ajoutant que, dans ce pays chrétien, une radio islamique existe pour sa propagande, pendant que les chrétiens n'ont pas de radio. Et le président de ce pays, c'est le dictateur corrompu et corrupteur, Denis Sassou N'Guesso.

Disons aussi qu'au Maghreb, les chrétiens n'ont pas le droit d'évangéliser, pendant que les chefs d'état des pays arabes, dans leurs déplacements officiels, distribuent gratuitement des corans. Mais le spectre de la Centrafrique fait frémir les musulmans qui tenteraient l'islamisme.

Les congolais ne doivent pas se faire bercer par cette religion qui incompatible avec sa culture. Mais, à quoi rime le mensonge et le voyage des maghrébins au Congo-Brazzaville, est ce que nous, en Afrique centrale, allons parler du christianisme chez eux ? Seuls les imbéciles les croît, pour vous en rendre compte de la réalité de cette religion, lisez ci-dessous :

(...)

Si dans le christianisme, c'est l'esprit saint qui converti grâce à la prière et à l'évangélisation, dans l'islam, au contraire c'est l'islamisation ou l'épée. Lisons ci-dessus, les révélations d'Allah à son messager dont ses versets font de l'islam, une religion soit-disant de paix et d'amour à destination des juifs, des chrétiens et des païens.    

Voici une lise non exhaustive de quelques versets du Coran étudiés dans les écoles coraniques, pour que les musulmans (soumis à Dieu) puissent appliquer les écritures saintes dans leur vie sur terre, pour espérer gagner le paradis :

Coran : 2, 191 :
« Et tuez-les, où que vous les rencontriez; et chassez-les d'où ils vous ont chassés : l'association est plus grave que le meurtre. Mais ne les combattez pas près de la Mosquée sacrée avant qu'ils ne vous y aient combattus. S'ils vous y combattent, tuez-les donc. Telle est la rétribution des mécréants ».

Coran : 2, 190-193 :
« Et combattez-les jusqu'à ce qu'il n'y ait plus d'association et que la religion soit entièrement à Allah seul. S'ils cessent, donc plus d'hostilités, sauf contre les injustes ».

Coran : 2, 216 :
« Vous devez combattre, même si c'est quelque chose qui vous déplaît ».

Coran : 3, 141 :
« Qu'Allâh éprouve ceux qui croient et détruise (ou fasse disparaître) les incroyants ».

Coran : 4, 76 :
« Les croyants combattent dans le sentier d'Allah, et ceux qui ne croient pas combattent dans le sentier du Tagut. Eh bien, combattez les alliés de Diable, car la ruse du Diable est certes, faible ».

Coran : 4,84 :
« Combats donc dans le sentier d'Allah, tu n'es responsable que de toi même, et incite les croyants au combat. Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition »

Coran : 4, 89 ou 91 :
« Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d'alliés parmi eux, jusqu'à ce qu'ils émigrent dans le sentier d'Allah. S'ils retournaient à l'infidélité, saisissez-les et mettez-les à mort partout où vous les trouverez. Ne cherchez parmi eux ni protecteur ni ami ».

Coran : 4, 91 ou 93 :
« S'ils ne se tiennent pas à l'écart, s'ils ne se rendent pas à vous et ne déposent pas les armes, saisissez-les, tuez-les où que vous les trouviez. Nous vous donnons tout pouvoir sur eux ».

Coran : 5,21 :
« Ô mon peuple! Entrez dans la terre sainte qu'Allah vous prescrite. Et ne revenez point sur vos pas [en refusant de combattre] car vous retourneriez perdants ».

Coran : 5, 33-37 :
« Voici quelle sera la récompense de ceux qui combattent Dieu et son apôtre… Vous les mettrez à mort ou vous leur ferez subir le supplice de la Croix ; vous leur couperez les mains et les pieds alternés ; ils seront chassés de leur pays. Cela est une honte pour eux dans cette vie, et dans la vie à venir pour eux il y aura une terrible punition ».

Coran : 5, 38-42 :
« Vous couperez les mains des voleurs, homme ou femme, en punition de leur crime. C’est la peine que Dieu a établie contre eux. Il est puissant et sage ».

Coran : 6, 123 :
« Croyants, combattez les incroyants qui sont dans vos parages et qu'ils vous trouvent durs ».

Coran : 8, 7 :
« Allah cependant a voulu prouver la vérité de ses paroles, et exterminer jusqu'au dernier des infidèles ».

Coran : 8, 12 :
« Et ton Seigneur révéla aux Anges : Je suis avec vous ; affermissez donc les croyants. Je vais jeter l'effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts ».

Coran : 9, 5 :
« Après que les mois sacrés expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. Si ensuite ils se repentent, accomplissent la Salat et acquittent la Zakat, alors laissez-leur la voie libre, car Allah est Pardonneur et Miséricordieux ».

Coran : 9, 29 :
« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu'à ce qu'ils versent la capitation par leurs propres mains, après s'être humiliés ».

Coran : 8, 39-40 :
« Et combattez-les jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus d'association, et que la religion soit entièrement à Allah. Puis, s'ils cessent (ils seront pardonnés car) Allah observe bien ce qu'ils œuvrent ».

Coran : 8, 65 :
« Ô Prophète, appelle les croyants à combattre. S'il y a vingt hommes fermes parmi vous, ils en vaincront deux cent; et s'ils sont une centaine ils vaincront un millier d'incroyants, parce que ce sont des gens qui ne comprennent pas ».

Coran : 9, 5 :
« Les mois sacrés expirés tuez les idolâtres partout où vous les trouverez, faites-les prisonniers, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade ; mais s'ils se convertissent, s'ils observent la prière, s'ils font l'aumône, alors laissez-les tranquilles ».

Coran : 9:14 :
« Combattez-les. Allah, par vos mains, les châtiera, les couvrira d'ignominie, vous donnera la victoire sur eux et guérira les poitrines d'un peuple croyant ».

Coran : 9:29 :
« Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au Jour dernier, qui n'interdisent pas ce qu'Allah et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre. Faites-leur la guerre jusqu'à ce qu'ils payent le tribu de leurs propres mains et qu'ils soient soumis ».

Coran : 9, 30 :
« Les juifs disent : Ozaïr est le fils de Dieu. Les chrétiens disent : Jésus est le fils de Dieu. Telles sont les paroles de leurs bouches ; elles ressemblent à celles des infidèles d'autrefois. Que Dieu leur fasse la guerre ! Qu'ils marchent à rebours ! ».

(Note : On peut vraiment se demander d'où vient cette idée ridicule que les Juifs croient qu'Ozaïr / Esdras est le fils de Dieu !)

Coran : 9:39 :
« Si vous ne vous lancez pas au combat, Il vous châtiera d'un châtiment douloureux et vous remplacera par un autre peuple. Vous ne Lui nuirez en rien. Et Allah est Omnipotent ».

Coran : 9, 123-124 :
« Ô croyants ! combattez les infidèles qui vous avoisinent ; qu'ils vous trouvent toujours sévères à leur égard. Sachez que Dieu est avec ceux qui le craignent ».

Coran : 25, 52 :
« N'écoute pas les incroyants, combats-les rudement avec ce Coran ».

Coran : 33,61 :
« Ce sont des maudits, où qu'on les trouve, ils seront pris et tués de tuerie ».

Coran : 9,5 : (ou verset du Sabre) :
« Lorsque le mois sacré est passé, tuez les associateurs (juifs et chrétiens), tuez-les où que vous les trouvez, capturez-les, assiégez-les, tendez leurs les embuscades. Si ensuite, ils se convertissent à L'Islam, laissez-les en paix ».

Coran : 33,29 :
« Combattrez ceux qui ne croient pas en Allah ou au jour dernier (le jour du jugement), ceux qui n'interdisent pas ceux qu'Allah et son prophète interdisent et ceux qui ne prophète pas la vrai religion (l'Islam) et parmi eux, ceux qui ont reçu le livre (les juifs et les chrétiens). Combattez-les jusqu'à ce qu'ils soient soumis ».

Coran : 47, 4 :
« Quand vous rencontrez des infidèles, frappez-les à la nuque jusqu'à en faire un grand carnage. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. Et ceux qui seront tués dans le chemin d'Allah, Il ne rendra jamais vaines leurs actions. Il les guidera et améliorera leur condition, et les fera entrer au Paradis qu'Il leur aura fait connaître. Ô vous qui croyez ! si vous faites triompher la cause d'Allah, Il vous fera triompher et raffermira vos pas. Et quand à ceux qui ont mécru, il y aura un malheur pour eux, et Il rendra leurs œuvres vaines ».

Coran : 47, 37 :
« N'appelez point les infidèles à la paix quand vous leur êtes supérieurs, et que Dieu est avec vous »

Coran : 71, 27 :
« Si Tu les laisses (en vie), ils égareront tes serviteurs et n'engendreront que des pécheurs infidèles ».

Coran : 48,16 :
« Dis à ceux des Bédouins qui restèrent en arrière : + Vous serez bientôt appelés contre des gens d'une force redoutable. Vous les combattrez à moins qu'ils n'embrassent l'Islam. Si vous obéissez, Allah vous donnera une belle récompense, et si vous vous détournez comme vous vous êtes détournés auparavant, Il vous châtiera d'un châtiment douloureux + ».

Hadith de Boukhari 1, 35 :
« Muhammad a dit : + Celui qui prend part au Jihad (les guerres saintes) pour la cause d'Allah, sans que rien ne l'y oblige sinon sa croyance en Allah et en Son envoyé, recevra d'Allah sa récompense: le butin (s'il survit) ou le paradis (s'il est tué) + ».

Hadith de Boukhari 4, 52, 177 :
« L'apôtre d'Allah a dit, l'Heure ne sera pas établie jusqu'à ce que tu ne combattes avec les juifs, et la pierre derrière laquelle un juif se cachera dira. + Musulmans ! Il y a un juif se cachant derrière moi, alors tue le + ».

Hadith de Boukhari 4, 73 :
« Muhammad a dit : + Sachez que le paradis est sous l'ombre des épées + ».

Hadith de Boukhari 4, 392 :
« Muhammad a dit aux Juifs : + Sachez que la terre appartient à Allah et à Son envoyé (Muhammad) et que je veux vous expulser de cette terre (la Péninsule arabique). Celui donc qui possède des biens, il lui est permis de les vendre + ».

Hadith de Boukhari 5, 716 :
« Les dernières paroles de Muhammad sur son lit de mort furent : + Expulsez les païens (les non-musulmans) de la Péninsule arabique + ».

Hadith de Boukhari 9, 50 :
« Mohammad a dit : + Aucun musulman ne devrait être mis à mort pour le meurtre d'un infidèle + ».

Hadith de Sobhi Saleh 1818 :
« La résurrection des morts n'aura pas lieu avant que les Musulmans ne combattent les Juifs. Le Juif se cachera derrière les pierres et les arbres, qui diront : Ô Musulman, un Juif se cache derrière moi, viens le tuer ».

Muslim 19 verset 4321 :
« Tuez les enfants des polythéistes pendant les raids nocturnes. Car les enfants trouvés lors des raids sont parmi eux et avec eux ».

Hadith Musulman .234 :
« Le prophète a dit : Alors va vers les personnes qui ne se joignent pas à la prière en assemblée et ordonne que leurs maisons soient brûlées ... ».

Repentance 29 :
« Humiliez les non musulmans à tel point qu’ils se rendent et paient tribut ».

Repentance 123 :
« Ô vous qui croyez ! Tuez ceux des non-croyants ... et qu’ils trouvent de la dureté en vous »

Tabarî, Annales I, 1363 ; Ibn Sa'd 2,1,21 ; Ibn Hicham 3,62 ; al- 'Aînî 6,194 :
« Muhammad aurait dit : Tout Juif dont vous serez maître, tuez-le ».

(...)



Projet de la construction de la grande mosquée à Brazzaville par le Qatar.


CONCLUSION :

Si cela était la seule incitation à la haine raciale et le seul appel au meurtre contenu dans le coran on pourrait à la rigueur, l'éviter mais ils sont tellement nombreux qu'on ne peut s'empêcher de les lire ! Et ce sont bien ces versets qui sont utilisés par les djihadistes pour commettre leurs attentats et tuer des femmes et enfants innocents !

Avec tous ces versets, il y en a encore qui continue de croire que le Coran descend du ciel ! Que l'islam est une religion d'amour et de paix !

Pourquoi les musulmans ne peuvent évacuer les  versets violents ? Parce les récits du prophète Mohamed viennent d'Allah. Le Coran reste la parole dictée par Allah et intangible pour ses partisans.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce KINSHASA - BRAZZAVILLE : SASSOU N'GUESSO ET KABILA ANNONCENT UNE COMMISSION D'ENQUÊTE. (le 20/09/2014 à 23h44)

 
   
   
 

 

 
 

 


KINSHASA - BRAZZAVILLE :  SASSOU N'GUESSO ET KABILA ANNONCENT UNE COMMISSION D'ENQUÊTE SUR LA VIOLATION DES DROITS DE L'HOMME CONCERNANT « MBATA YA BAKOLO ».


C’est une visite qui apparaît comme un signe de la réconciliation entre Brazzaville et Kinshasa. Vendredi 19 septembre 2014, Denis Sassou N’guesso, s’est rendu à Kinshasa, à l’invitation de son homologue de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila Kabange. Des ressortissants des deux pays s’étaient vus refouler de part et d’autre des frontières.


Les présidents Joseph Kabila (gauche) et Denis Sassou N'Guesso (droite).

 

Denis Sassou N’guesso, qui s’est rendu vendredi  à Kinshasa, sur invitation de Joseph Kabila Kabange n’a pas manqué d’évoquer la question des droits de l’homme. Les deux chefs d’État ont annoncé la mise en place d’une commission chargée de mener des enquêtes sur les allégations de violation des droits de l’homme ayant émaillé les opérations d’expulsion de la République du Congo, des ressortissants de la République démocratique du Congo. En avril 2014 dernier, l’opération dénommée « Mbata ya bakolo » a permis de conduire au rapatriement d’environ 400 000 ressortissants de la RDC vivant en République du Congo.

Les deux chefs d’État ont demandé aux experts de leurs pays d’examiner les modalités pratiques de la reprise du commerce transfrontalier Kinshasa et Brazzaville de proposer les modalités de coopération entre les deux pays en matière de lutte contre la criminalité urbaine dans les grandes villes de deux pays, de faire des suggestions aux gouvernements de deux pays sur toutes les questions d’intérêt commun.

Par ailleurs, les deux chefs d’État et leurs délégation ont lancé «un appel pressant» à la communauté internationale de tout mettre en œuvre pour trouver une réponse appropriée à l’épidémie d’Ebola, qui a fait de 2200 morts en Afrique.


COMMUNIQUÉ FINAL DE LA VISITE DE TRAVAIL À KINSHASA DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CONGO, SON EXCELLENCE MONSIEUR DENIS SASSOU N’GUESSO


1. À l’invitation de Son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE, Président de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République du Congo a effectué, ce vendredi 19 septembre 2014, une visite de Travail à Kinshasa, en République Démocratique du Congo.

2. Cette visite s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations de fraternité et de coopération qui existent entre les deux pays.

3. Son Excellence Monsieur le Président Denis SASSOU N’GUESSO était accompagné d’une délégation composé du Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, du Secrétaire Général du Conseil National de Sécurité, Conseiller Spécial du Président de la République, du Conseiller Diplomatique du Président de la République et du Conseiller à la Communication du Président de la République.

4. Du côté de la République Démocratique du Congo, la délégation qui accompagnait Son Excellence Monsieur le Président de la République Joseph KABILA KABANGE comprenait le Ministre des Affaires Etrangères, Coopération Internationale et Francophonie, le Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, de l’Ambassadeur de la République Démocratique du Congo à Brazzaville, et des hauts cadres du Cabinet du Chef de l’Etat.

5. Durant sa visite à Kinshasa, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République du Congo a eu un entretien en tête à tête avec Son Homologue de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE, au cours duquel ils ont procédé à un échange de vues sur les questions d’intérêt bilatéral, régional et international.

6. Sur le plan bilatéral, les deux Chefs d’Etat, après avoir passé en revue les questions d’intérêt commun, se sont engagés à œuvrer davantage au raffermissement des liens séculaires de fraternité, d’amitié et de coopération qui unissent les deux pays et leurs peuples respectifs.
Dans ce cadre, en attendant le parachèvement du processus de ratification de la Convention sur la circulation et l’établissement des personnes et des biens signée par leurs pays respectifs à Kinshasa, le 03 juin 2014, les deux Chefs d’Etat ont convenu d’instruire les Experts de deux parties de se retrouver dès le mardi 23 septembre 2014 à Kinshasa, en vue de : 1°. Examiner les modalités pratiques de la reprise du commerce transfrontalier entre les deux pays ; 2°. Proposer les modalités de coopération entre les deux pays en matière de lutte contre la criminalité urbaine dans les grandes villes de deux pays ; 3°. Constituer la Commission mixte d’enquête sur les allégations de violation des droits de l’homme ayant émaillé les opérations d’expulsion de la République du Congo, des ressortissants de la République Démocratique du Congo ; 4°. Faire des suggestions aux Gouvernements de deux pays sur toutes les questions d’intérêt commun.

7. Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République du Congo a félicité Son Homologue de la République Démocratique du Congo, Joseph KABILA KABANGE, et à travers lui, les Forces Armées de la République Démocratique du Congo, pour le retour de la paix dans la Province du Nord-Kivu.

8. Les deux Chefs d’Etat se sont aussi penchés sur la situation en République centrafricaine. A cet effet, tout en reconnaissant que beaucoup reste à faire, ils se sont félicités de l’évolution positive de la situation politique et sécuritaire sur le terrain, en particulier dans la ville de Bangui.

9. Aussi, Son Excellence Monsieur le Président Joseph KABILA KABANGE a-t-il félicité Son Homologue de la République du Congo pour les efforts de médiation et l’organisation à Brazzaville, de la dernière rencontre qui a regroupé autour d’une même table les représentants de différents groupes impliqués dans la situation qui prévaut dans ce pays de la région d’Afrique centrale.

10. Son Excellence Monsieur le Président Joseph KABILA KABANGE, a encouragé son hôte de poursuivre ses efforts visant à aider les fils et filles de la République Centrafricaine à retrouver la paix, la sécurité et la stabilité, gages de développement de leurs pays et de la Sous-région.

11. Sur le plan international, les deux Chefs d’Etat ont déploré la recrudescence des actes de terrorisme en Afrique et dans le monde et ont lancé un appel à la Communauté Internationale pour qu’elle mette tout en œuvre afin d’éradiquer ce phénomène.

12. Les deux Chefs d’Etat ont aussi déploré l’apparition de l’épidémie d’Ebola qui a causé plus de 2.000 morts. Ils ont également lancé un appel pressant à la Communauté Internationale de tout mettre en œuvre pour trouver une réponse appropriée à ce mal.

13. Les deux Chefs d’Etat ont décidé de se retrouver à une date et en un lieu à convenir par voie diplomatique.

14. Au terme de sa visite, Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO, Président de la République du Congo a exprimé à Son Homologue de la République Démocratique du Congo, Son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE et au peuple congolais ses remerciements pour l’accueil chaleureux amical et fraternel qui a été réservé à Lui-même et à la délégation qui l’a accompagné.

Fait à Kinshasa, le 19 Septembre 2014.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO : ARRESTATION DES AGRESSEURS DU JOURNALISTE VEDETTE CAMEROUNAIS ELIE SMITH. (le 18/09/2014 à 09h01)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO :  ARRESTATION DES AGRESSEURS DU JOURNALISTE VEDETTE CAMEROUNAIS ELIE SMITH ET DU VIOL DE SA SŒUR.


Cinq individus arrêtés pour avoir agressé le journaliste camerounais Elie Smith, de la télévision congolaise « MNTV », ont été arrêtés lundi 15 septembre 2014 par la police congolaise et présentés à la presse.
 


Le directeur général de la police congolaise, Jean François N'Denguet (gauche) et le journaliste vedette camerounais, Elie Smith (droite) posent au domicile du journaliste.

 

L’agression de M. Elie Smith avait eu lieu dans la nuit du 09 au 10 septembre 2014. Quatre hommes armés s’étaient introduits chez lui, l’avaient dévalisé puis violé sa sœur, avant de s’enfuir. Selon le directeur général de la police congolaise, Jean-François Ndenguet, les cinq suspects arrêtés ont reconnu les faits. En guise de preuves à charge, le chef de la police a présenté à la presse quelques affaires volées chez le journaliste et retrouvés chez les suspects, de même que des armes blanches leur appartenant.

Selon l’ONG « Reporters Sans Frontières (RSF) », les motifs de cette agression seraient d’ordre politique. Et pour cause, les émissions de M. Smith seraient mal vues par le pouvoir en place. « Le scénario du braquage cacherait en réalité une expédition punitive », estime « RSF ».

Pour sa part, M. Smith qui a identifié l’un de ses agresseurs parmi les 5 suspects, a demandé à la police d’aller plus loin dans ses investigations. Il estime en effet, que son agression a été commanditée par d’autres personnes. « Je pense qu’il doit y avoir un commanditaire derrière ces hommes, sinon je ne comprends pas comment ils peuvent opérer avec des fusils d’assaut et des rangers », a-t-il déclaré.

Elie Smith est l’animateur de « La Grande Interview », une émission hebdomadaire diffusée sur la « MNTV », chaine appartenant à Maurice Nguesso, le frère aîné du président Denis Sassou Nguesso. Ce dernier qui dirige le Congo depuis 30 ans, est soupçonné par l’opposition de vouloir modifier la Constitution du pays afin de briguer un nouveau mandat en 2016.



Les braqueurs qui ont agressé le journaliste vedette camerounais Elie Smith et auteur du viol de sa soeur.


L'arsenal militaire retrouvé chez les agresseurs du journaliste vedette camerounais Elie Smith. 


L'arsenal militaire retrouvé chez les agresseurs du journaliste vedette camerounais Elie Smith. 


Félicitons une nouvelle fois la Police Nationale qui a arrêté les bandits responsables de la tentative d'assassinat du journaliste vedette camerounais Elie Smith et du viol de sa sœur. Reste la lumière à faire sur l'agression des responsables et militants de l'opposition congolaise. Il semble que ça ne saurait tarder.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce AGRESSION DU JOURNALISTE ELIE SMITH DE MNTV ET VIOLE COLLECTIF DE SA SŒUR. (le 11/09/2014 à 22h22)

 
   
   
 

 

 
 

 


AGRESSION DU JOURNALISTE ELIE SMITH DE MNTV ET VIOLE COLLECTIF DE SA SŒUR.


Elie Smith sort d’une émission télévisée avec son confrère Alphonse Ndongo de « Jeune Afrique Economie ». Les deux journalistes se séparent. Vers 1h du matin dans la nuit du 09 au 10 septembre 2014, Smith arrive chez lui et peu temps après il entend des bruits d’une altercation qui oppose son gardien à 4 hommes en civil mais fortement armés et pourtant des rangers de la police. Par Sadio Kante Morel.
 


Le président congolais Denis Sassou N'Guesso (Gauche) et la famille du journaliste vedette anglophone camerounais Elie Smith (droite).

 

Le journaliste dit à son gardien de ne pas s’opposer aux gens armés qui manifestement n’en voulait qu’à Smith, dès que ce dernier ouvre la porte de sa maison, il est prit d’assaut par 4 hommes tandis qu’un 5e attendait dehors devant la résidence et à coté du taxi qui les a transportés.

L’un des 4 hommes a demandé à Elie Smith de tendre sa main, lui arrache son alliance et sa montre, on prend aussi son poste téléviseur et son magnétoscope dans la salle de séjour , on fouille ses poches, on y prend de l’argent et on lui demande également d’enlever ses souliers ce qu’il fit, et le tout et gardé par devers les hommes armés.

D’entrée de jeu, lorsque les malfrats se sont trouvés en face de Smith, ils ont dit leur intention de le tuer et de jeter son corps quelque part, c’est alors que le journaliste leur dit de tout son calme : « Ça ne sert à rien de me tuer, vous pouvez prendre ce que vous voulez mais épargnez ma vie ».

Les hommes lui font les poches prennent l’argent qui s’y trouve et lui demande de rentrer dans sa chambre, ce qu’il fait suivie de sa sœur et de son gardien. Après qu’ils aient cherché et trouvé une somme plus importante d’argent, l’un deux s’empare d’une valise vide et y met quelques paires de chaussures, un autre s’accapare du passeport du journaliste et remet celui de la sœur de ce dernier.

C’est ensuite que 3 d’entre les hommes armés dirigent la sœur de Smith vers une autre chambre et se mettent à la violer. « J’entends les cris de ma sœur sans rien pouvoir faire car mon gardien et moi étions sous la domination d’un des 4 hommes armés » nous dit Smith.

Apres leur ignoble besogne, ils continuaient de faire des menaces de mort à Smith qu’ils ont trainés à leur suite à l’extérieur de la résidence avant que le 5e homme leur signifie qu’il n’est pas besoin de tuer le journaliste.

Notre confrère Alphonse Ndongo alerté, s’est chargé d’évacuer la jeune sœur de Smith dans une clinique de la place pour des soins et différents examens notamment pour un dépistage du VIH. 

À signaler que dans la journée du 08 septembre 2014, des internautes avaient signifiés que le porte parole de la police aurait eu des propos dur à l’égard de Smith qui après avoir couvert le meeting du collectif de l’opposition avait posté sur les réseaux sociaux des photos des militants de l’opposition blessés à la sortie dudit meeting. Voir image ci-dessous :



Agression par des forces de polices, des participants au meeting de l'opposition congolaise à Brazzavile, le 08 septembre 2014.


Ajoutant que Smith est camerounais et dirige depuis quelques années une chaine de télévision à Brazzaville qui appartient au frère ainée du président la république. On reproche souvent à Smith sa liberté de ton.


>>  INTERVIEW EXCLUSIVE DU JOURNALISTE VEDETTE ELIE SMITH À SON DOMICILE PAR DES HOMMES ARMÉS : IL LIVRE LE RÉCIT DE SON AGRESSION.

>>  https://www.youtube.com/watch?v=NAQeDTkRArw&feature=share

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO-B : MARCEL TSOUROU VA TRAÎNÉ SASSOU EN JUSTICE À BRAZZAVILLE, ET EN CAS D’ÉCHEC, À LA CPI. (le 11/09/2014 à 21h55)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO-B : MARCEL TSOUROU VA TRAÎNÉ SASSOU EN JUSTICE À BRAZZAVILLE, ET EN CAS D’ÉCHEC, À LA CPI.


Marcel Ntsourou va trainé en justice le président Sassou-Nguesso pour haute trahison. Ntsourou qui est l’ancien numéro deux des renseignements du Congo-Brazzaville est actuellement jugé pour rébellion et atteinte à la sûreté intérieure de l’État.
 


Marcel Tsourou à la barre, le 04 mars 2012, lors du procès des explosions meurtrières de M'Pila

 

Le procès de Ntsourou tire à sa fin. Mais l’officier tombé en disgrâce a décidé de porter plainte contre le président Sassou N’guesso pour haute trahison, selon « RFI ». Pour le camp de Marcel Ntsourou, l’opération du 16 décembre 2013, qui a conduit à son arrestation et à la mort de plusieurs dizaines de ses proches, était pilotée par le président Sassou-Nguesso, explique « RFI ». La plainte fait référence notamment à des éléments du procès en cours, ainsi qu’à un article du magazine Jeune Afrique écrivant que le chef de l’État suivait minute par minute le siège du domicile de l’officier, et qu’il donnait des ordres aux chefs militaires sur place.

Selon l’avocat de l’accusé, Me Malonga cité par « RFI », ces éléments constituent une violation de la Constitution. « Nous n’avons pas élu monsieur le président de la République pour donner des instructions aux militaires afin de tuer ses concitoyens. Nous avons élu le président de la République pour garantir la liberté. Il y a haute trahison », a-t-il dit.

La plainte a été déposée à la fois devant l’Assemblée nationale et le Sénat, car la mise en accusation du président doit être votée par le Parlement réuni en Congrès. Mais difficile de croire que la procédure ira jusque aussi loin, les deux chambres étant dominées par le parti présidentiel. En cas d’échec, maître Malonga promet de porter l’affaire devant la « Cour pénale internationale (CPI) », ajoute « RFI ».

Le procureur a requis à l’encontre de Marcel Ntsourou les travaux forcés à perpétuité, la plus lourde peine du Code pénal congolais.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

 

puceMises à jour