KaZeo
Fermer
  Créer son blog KaZeo Mercredi 1 octobre 2014   Ste Th. de l'E. J  
Infopagecongo
 

puce SAMEDI 27 SEPTEMBRE 2014, RASSEMBLEMENT STATIQUE DE 14H-18H. (le 26/09/2014 à 23h09)

 
   
   
 

 

 
 

 


SAMEDI 27 SEPTEMBRE 2014, RASSEMBLEMENT STATIQUE DE 14H-18H, METRO INVALIDES, DEVANT LE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES.


Sassou N'Guesso souhaite demeurer président à vie alors que son énième mandat est légalement le dernier - Des personnes innocentes sont arrêtés, des journalistes innocents sont expulsés du Congo, pour des motifs bassement politiques. Samedi 24 septembre 2014, soyons nombreux pour dire TROP C’EST TROP !!!
 


Manifestation ctoyenne contre le pouvoir clanique et dictatorial de Sassou, ce samedi 27 septembre 2014.

 

UN SEUL MOT D’ORDRE : INTERPELLER LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS

- SUR LE PROJET FUNESTE DE CHANGEMENT DE CONSTITUTION DU GL SASSOU NGUESSO qui souhaite demeurer président à vie alors que son énième mandat est légalement le dernier -

- SUR LES ARRESTATIONS ET INCARCÉRATIONS DES CAMARADES DE LUTTE de Pointe-Noire et de personnes innocentes telles la jeune Ruth encore mineure, pour des motifs bassement politiques. Samedi, soyons nombreux pour dire TROP C’EST TROP ! YA ME LUNGA ! EKOKI ! Le changement dans le soutien à la dictature en place à Brazzaville, c’est maintenant ! Manifestation unitaire et citoyenne initiée par la jeunesse de la diaspora congolaise de France, bana ya ba côté oyo, avec le soutien des structures. Infoline : 06 84 86 40 33

 

DEMAIN GRANDE MARCHE CITOYENNE POUR DIRE NON AU DICTATEUR DE MPILA !

- NON A LA MASCARADE D’ÉLECTIONS LOCALES DE CE DIMANCHE 28 SEPTEMBRE !

- NON AUX ARRESTATIONS ET EMPRISONNEMENTS ARBITRAIRES DES JEUNES DE FOND TIE-TIE ET DE TOUS LES NON-CITES !

- NON A L'EXPULSION DE LA JOURNALISTE CONGOLAISE SADIO KANTE-MOREL vers le pays d'origine de ses parents !

NON AU VIOL DE LA SŒUR DU JOURNALISTE ELIE SMITH ET A L'EXPULSION DE CE DERNIER MALGRÉ SA PLAINTE !

- NON AUX AGRESSIONS VIOLENTES DES MILITANTS ET DES LEADERS DE L'OPPOSITION ET DE LA RÉSISTANCE INTÉRIEURES! NON AU PROJET D'UNE PRÉSIDENCE A VIE! NON A TOUT GOUVERNEMENT D'UNION NATIONALE qui ne serait que boukoutage et tromperie du peuple! OUI A L'ALTERNANCE DÉMOCRATIQUE après une phase de transition sans les criminels du pouvoir actuel !

- OUI à la REFONDATION DE LA NATION, UNE ET INDIVISIBLE AU CONGO! Ce pays et ses richesses appartiennent au peuple et non à un clan. MARCHONS DE FAÇON UNITAIRE DU METRO STALINGRAD (13-15h) au METRO CHATEAU ROUGE (16h-18h).

FEMMES CONGOLAISES, CITOYENNES ET CITOYENS, AMI-E-S DU CONGO, n'ayons pas peur SEULE LA LUTTE LIBÈRE! SAMEDI 27 SEPTEMBRE 2014, soyons toutes et tous au rdv !


 


RENDEZ-VOUS :

METRO STALINGRAD (13-15h) au METRO CHATEAU ROUGE (16h-18h).
Infoline : 06 84 86 40 33

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO-BRAZZAVILLE / URGENT : LE JOURNALISTE ÉLIE SMITH EXPULSÉ DU TERRITOIRE CONGOLAIS. (le 26/09/2014 à 22h42)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO-BRAZZAVILLE / URGENT :  LE JOURNALISTE ÉLIE SMITH EXPULSÉ DU TERRITOIRE CONGOLAIS.


Les autorités congolaises ont annoncé aujourd’hui, dans un communiqué de presse, l’expulsion du journaliste Élie Smith du territoire congolais avec  interdiction formelle d’y séjourner pour avoir fait, selon le directeur général de la police, de nombreux actes et propos séditieux et subversifs.
 


Le journaliste vedette camerounais Élie Smith exerçant chez « MNTV », a été expulsé versle Cameroun.

 

De nationalité camerounaise, Élie Smith a assumé pendant plusieurs années les fonctions de directeur de la Chaîne privée  « MNTV » et directeur des  Études et Planification du Groupe « MN Com ». Il était également animateur d’une émission  La  Grande interview  diffusée tous les dimanches sur la même chaîne.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Par arrêté N°15968 du 26 septembre 2014, signé du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, M. Élie Smith, journaliste à « MNTV », a été expulsé de la République du Congo avec interdiction formelle d’y séjourner. Pour la Direction générale de la police, cette décision fait suite à des nombreux actes et propos séditieux et subversifs qui sont imputables à M. Élie Smith.

Il est notamment reproché à l’intéressé d’avoir été en intelligence avec les puissances étrangères œuvrant contre les intérêts de la République du Congo. Au-delà de son métier de journaliste, Monsieur Élie Smith a fait preuve d’un activisme politique débordant, en contradiction flagrante avec la déontologie de sa profession.

Fait à Brazzaville, le 26 septembre 2014.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO-BRAZZAVILLE : ARRESTATION ARBITRAIRE DU DOCTEUR MANKÉLÉ. (le 26/09/2014 à 22h19)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO-BRAZZAVILLE :  ARRESTATION ARBITRAIRE DU DOCTEUR MANKÉLÉ.


Une semaine jour pour jour, après l’agression « sauvage » du journaliste Élie Smith et le viol collectif « barbare » de sa sœur, la dictature de Brazzaville en « sursis » a encore fait montre de l’animosité  et de l’inhumanité « en arrêtant arbitrairement et en torturant » le samedi 13 septembre 2014, le Dr. Eugène Nangui Mankélé. Source : « MCCD : La Voix du Peuple Libre ».
 


Alerte de l'enlèvement du docteur Eugène Mankélé.

 

En effet, ce dentiste qui, d’après nos sources serait un des médecins de la famille du dictateur Denis Sassou Nguesso qui le reprocherait aujourd’hui la « déstabilisation du régime », a été arrêté chez lui le samedi 13 septembre 2014 dans la matinée par des chiens et sbires de la « DST ».

Au moment où nous postons cette publication, le Dr. Mankélé qui d’après nos sources, serait dans un état comateux à cause des tortures subies, aurait été transféré à l’hôpital militaire et mis sous la garde personnelle du « général de la mort » François Ndenguet.

Loin de revenir sur le fait et l’évidence que la dictature immonde de Brazzaville soit aux abois, le Noyau politique du « MCCD » se pose la question : « jusqu’où iront le général d’armées Denis Sassou Nguesso et ses chiens de la mort » si nous ne les arrêtons pas à temps dans cette folie ?

Après les explosions « meurtrières » du 04 mars 2012, les arrestations et tortures des jeunes manifestants à Pointe-Noire en août 2013, la bastonnade « humiliante » de la correspondante de l’agence « Reuters » à Brazzaville Sadio Kanté le 16 septembre 2013, l’arrestation « arbitraire » du colonel Marcel Ntsourou avec épouse et famille le 16 décembre 2013, la bastonnade des militants de l’opposition le 07 septembre 2014, le viol collectif « sauvage et inhumain » de la sœur du journaliste Elie Smith le 10 septembre 2014, l’arrestation « arbitraire » et actes de tortures « graves » du Dr. Eugène Mankélé ce 13 septembre 2014, quel sera le prochain acte ignoble du dictateur Denis Sassou Nguesso pour terroriser et intimider notre peuple déjà meurtri par plus de trois décennies d’assassinats crapuleux, de nombreux empoisonnements, de multiples exécutions sommaires ?

Sous quelle forme et avec quel moyen le Dr. Eugène Mankélé pourrait-il déstabiliser un pouvoir militaire incarné par un autoproclamé général d’armées dont la spécificité est de s’être adonné un sobriquet du dangereux serpent « cobra » ? C’est avec une injection létale que ce dentiste devrait-il déstabiliser ce régime ?


QUELQUES IMAGES DES PERSONNES VICTIMES DE LA DICTATURE DE MONSIEUR SASSOU : 


A gauche, l'arrestation du colonel Marcel Tsourou, à droite, l'arrestation de l'activiste Giscard Minichelot.


A gauche, le journaliste vedette camerounais de MNTV Elie Smith et à droite, la journaliste congolaise d'origine malienne, représentante de REUTERS Sadio Kanté-Morel. Les deux sont expulsés du Congo.


Des participants au meeting de l'opposition molesté et battu par la police à la fin du meeting.


L’exigence de mourir au pouvoir afin de se soustraire de la justice nationale et internationale pour tous les crimes commis, rend le dictateur despote Denis Sassou Nguesso « paranoïaque » et le conduit à multiplier des actes inhumains très graves. Actes à travers lesquels il rend sa situation plus compliquée et détruit l’avenir des membres de son clan qui un jour, rendront inévitablement des comptes à notre peuple.

C’est dire combien ce pouvoir qui se montre fort est au fond un pouvoir très faible voyant maintenant le diable partout. Et les premières victimes seront tous ceux qui croiraient qu’en pactisant avec le diable, ils seraient à l’abri.

Levons-nous ensemble chère sœur, cher frère, cher ami du Congo et disons fortement au dictateur Denis Sassou Nguesso « Stop ! Trop c’est trop ! Nous voulons plus que jamais la paix et la liberté ».


JUSQU’OÙ IRONT LE DICTATEUR SASSOU N'GUESSO ET SES CHIENS DE LA MORT ? 

Après l'agression des manifestants  pacifiques, le 07 septembre 2014, l'attaque du journaliste Elie Smith suivi du viol barbare et collectif de sa soeur par les hommes armés de Jean François N'Denguet, de l'arrestation arbitraire du docteur Eugène Mankélé, une autre chasse à l'homme s'ouvre : L'expulsion du journaliste Sadio Kanté-Morel vers le Mali et l'expulsion du journaliste Elie Smith vers le Cameroun.

Cependant, de nombreux hommes et femmes acquis au respect de la constitution sous sous la menace, obligés de se cacher pour ne pas subir les affres  des policiers de Jean François N'Denguet qui a décidé de passer en force et d'intimider les personnes qui s'opposent au projet de changement de la constitution et aux élections municipales du 28 septembre 2014.

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO-BRAZZAVILLE : LE JOURNALISTE CAMEROUNAIS, ELIE SMITH, FUSTIGE LE MUSELLEMENT DE LA PRESSE. (le 23/09/2014 à 23h54)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO-BRAZZAVILLE :  LE JOURNALISTE CAMEROUNAIS, ELIE SMITH, FUSTIGE LE MUSELLEMENT DE LA PRESSE.


Dans une interview accordée aux confrères de « Radio Equinoxe » à Douala, le Directeur de la chaine « MNTV » lie l'agression qu'il a récemment subie à son domicile au climat politique très tendu dans son pays de résidence où une modification de la constitution en vue de permettre au président Denis Sassou Ngesso de se représenter en 2016 est en gestation.
 


Les agresseurs du journaliste camerounais Elie Smith et violeurs de sa soeur, arrêtrés par la police congolaise.

 

Elie Smith, journaliste camerounais qui dirige depuis plusieurs années la chaine de Télévision congolaise « MNTV » appartenant au frère ainé du président de la République, Denis Sassou Ngesso, ne s’est visiblement pas encore remis de l’agression subie à son domicile dans la nuit du 09 au 10 septembre 2014 alors qu’il revenait à peine d’une émission télé sur la chaine « DRTV ». Même s’il continue d’attendre les résultats de l’enquête en cours pour savoir s’il s’agissait d’un braquage simple ou commandité, l’homme de Médias camerounais ne serait nullement surpris si on lui parlait d’un règlement de compte.

« Je ne peux pas dire rapidement que c’est un règlement de compte parce que nous sommes des journalistes et depuis un certain temps dans la ville, il y a une recrudescence des braquages. Mais ce qui est un peu étonnant, c’est la manière avec laquelle ils sont arrivés. Quand ils sont arrivés, ils m’ont identifié en disant que je suis journaliste et qu’ils sont venus me tuer et prendre de l’argent ». À-t-il confié au cours d’une interview accordée à « Radio Equinoxe ».

Le confrère camerounais explique que la liberté de la presse a encore du chemin au Congo où une série de journaux venaient d’être suspendus ou interdits après des prises de position contre le projet de modification de la constitution, en gestation dans ce pays voisin au Cameroun.

« Si vous regardez très bien les journaux qui ont été suspendus ou interdits, ce sont des journaux qui avaient une liberté de ton dont je pense que quelques individus au sein du pouvoir n’ont pas apprécié. Qu’elle soit liée ou non au projet de modification de la constitution, je pense qu’il y a des individus au sein du pouvoir qui pensent qu’il faut avoir des médias un peu comme à la Soviétique pour dire à chaque fois que tout va bien ». Regrette le journaliste camerounais qui présente une température politique très chaude dans ce pays, à quelques jours des élections municipales et à l’approche des élections Présidentielles prévues en 2016.

En rappel, les agresseurs qui se sont introduits au domicile d’Elie Smith dans la nuit du 09 au 10 septembre ont entre autres emporté une somme importante d’argent, son passeport, plusieurs paires de chaussures, son alliance, le poste de téléviseur et le magnétoscope de sa salle de séjour après avoir violé sa sœur cadette et saccagé son domicile.


Sadio Kante-Morel, journaliste congolaise, représentante de REUTERS à Brazzaville et bloggeuse chez « Médiapart.fr », ayant dévoilé l'agression du jounaliste vedette Elie Smith.


D’après le blog de Sadio Kante sur « Médiapart.fr », des internautes avaient signifié que le porte parole de la police aurait eu des propos durs à l’égard de Smith qui après avoir couvert un meeting du collectif de l’opposition avait posté sur les réseaux sociaux des photos des militants de l’opposition  blessés à la sortie dudit meeting. Elie Smith, bien que travaillant pour un média proche du pouvoir congolais est aussi réputé pour sa liberté de ton.

 

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

puce CONGO-BRAZZAVILLE / JOURNALISME EN DANGER : EXPULSION AU MALI DE SADIO KANTE-MOREL. (le 23/09/2014 à 23h40)

 
   
   
 

 

 
 

 


CONGO-BRAZZAVILLE / JOURNALISME EN DANGER :  EXPULSION AU MALI DE SADIO KANTE-MOREL, JOURNALISTE CONGOLAISE D'ORIGINE SÉNÉGALAISE ET MALIENNE.


Décidément, il ne fait pas bon être journaliste à Brazzaville. Après l’agression du camerounais Elie Smith, c’est le tour de Sadio Kante-Morel, journaliste indépendante, de connaitre une mésaventure au Congo. Arrêtée sans raison viable, elle a été expulsée et envoyé à Bamako au Mali. Par Roger Musandji.


 


Sadio Kante-Morel, journaliste de nationalité congolaise, née à Brazzaville et grandie  Brazzaville, de père sénégalais et de mère maliene, a été expulsée au Mali.

 

Sadio Kante-Morel est une journaliste de la place de Brazzaville et connu pour ces prises de positions sans concessions contre les autorités Congolaises. Mais, pour elle ce lundi 22 septembre 2014 a été la journée des accusations sans fondement. En effet, madame Kante-Morrel est accusée de trouble à l’ordre publique, consommation de drogue et séjour irrégulier. Contacter par Oeil d’Afrique, elle revient sur son arrestation.


RDV AU BUREAU DE JEAN-FRANÇOIS N'DENGUET

Embarquée vers une heure du matin par des agents de police refusant de lui notifier l’objet de son arrestation. C’e n’est qu’une fois dans les locaux du commissariat central où elle devait selon un membre de la police rencontrer le directeur de la police, Jean-François Ndenguet.


DE NATIONALITÉ CONGOLAISE

Née d’une mère Sénégalaise et d’un père Malien, Sadio Kante-Morel a vu le jour à Poto-Poto, le 3ème arrondissement de Brazzaville. Une situation prévu par la constitution congolaise qui reconnais la nationalité à toute personne né sur son sol. D’ou la surprise de la journaliste lorsqu’on lui explique qu’elle serait en situation irrégulière dans son pays natal.


LA PRESSION DANS LE TRAVAIL

La journaliste revient également sur les menaces dont elle fait l’objet. Ces prestations dans l’émission Point de Presse sur la chaîne MNTV ne « sont pas toujours du gout du gouvernement  ». Notons qu’elle fut celle qui a mis à la une l’agression du journaliste Elie Smith conduisant à une mauvaise publicité pour Brazzaville.


QUELQUES PHOTOS DU 16 SEPTEMBRE 2013, OÙ LA JOURNALISTE A ÉTÉ TABASSÉE PAR LES AGENTS DE JEAN FRANÇOIS N'DENGUET APRÈS SON REPORTAGE AU PALAIS DE LA JUSTICE.



Image de Sadio Kante Morel après avoir été menotée, taclée et battue par les éléments de pôlice de Jean François N'Denguet.

 


Image de Sadio Kante Morel après avoir été menotée, taclée et battue par les éléments de pôlice de Jean François N'Denguet.

 


NOTE :

Cette affaire intervient quelques jours seulement, après l'agression du journaliste camerounais Eli Smith, dont les agresseurs sont soupçonnées avoir été envoyés par le colonel Tsoumou, mécontent de la liberté de parole du journaliste vedette Elie Smith qui vait reçu des menaces du colonel Tsoumou pour avoir publier les photos d'agression des militants d'opposition, qui avaient assisté au meeting de l'opposition à Brazzaville.

Rappellons que la journaliste Sadio Kante-Morel a fait l'objet ces derniers jours, plusieurs fois de menaces pour avoir révélé l'agression du journaliste vedette camerounais en soulignant les menaces, la veille du colonel Tsoumou à l'encontre d'Elie Smth.

À l'approche des élections municipales de cette année (2014) et l'élection présidentielle de 2016, il ne fait pas bon d'être journaliste au Congo-Brazzaville.

Cordialement,
La Direction du « RÉSEAU NERRATI-PRESS ».

 

 
     
 

 

 
   
 

[ Ajouter un commentaire | 0 commentaire(s) | Imprimer cette news | Permalien ]

 

puceMises à jour